QUI SOMMES-NOUS ?

L’Association Départementale Prévention Jeunesse est une Association dont l’objet social est la Prévention Spécialisée. Celle-ci est une mission de service public, reposant sur l’arrêté du 4 juillet 1972, relatif aux clubs et équipes de Prévention Spécialisée, et sur la Loi du 5 mars 2007 de Protection de l’Enfance, et qui est déléguée par le Conseil Général depuis la décentralisation en 1986.

 

La Prévention Spécialisée a pour but de prévenir la marginalisation et le décrochage des jeunes âgés de 10 à 21 ans et par extension jusqu’à 25 ans, et d’apporter un soutien aux familles.

 

Au regard du Projet Associatif, l’ADPJ 52 promeut :

  • L’action psychosociale individuelle auprès de jeunes en voie de marginalisation (individuellement et en petits groupes, de plus en plus avec une approche familiale).

  • L’action environnementaliste, avec, dans et/ou sur le milieu.

  • La médiation psychosociale pour que les paroles des uns puissent s’exprimer et qu’elles puissent être entendues par les autres.

  • La promotion d’une démarche de co-construction d’une mission d’intérêt général, à savoir une politique sociale et éducative territoriale.

  • L’articulation de la commande politique et de la demande sociale.

 

Le projet social et éducatif territorial repose sur :

  • Le diagnostic territorial partagé, réactualisé régulièrement (observation, problématisation, identification des facteurs de développement et de blocage, propositions d’actions prioritaires)

  •  

  •  

  • Le développement local solidaire (auprès de la population d’un quartier : conscientisation, émancipation, mobilisation, actions de la population, reconnaissance sociale).

  • La capacité d’aide psychologique aux jeunes en grande difficulté identitaire.

  • La construction d’un partenariat ouvert, sans exclusive, et son évaluation.

  • La coopération inter associative.

 

La valeur centrale prônée par notre Association est l’engagement éducatif, psychosocial auprès des adolescents et des jeunes adultes en voie de marginalisation, en rupture pour le développement de leur pouvoir de penser et d’agir.

Nous nous fondons sur la Charte de la personne accompagnée en Prévention Spécialisée et les droits des usagers tels que définis par la Loi 2002-2.

 

En déclinant nos valeurs de manière plus approfondie, nous affirmons indispensable les points suivants :

  • Le militantisme de l’action professionnelle.

  • La lutte contre la résignation face aux souffrances psychosociales à l’origine des violences sociales (toxicomanies, délinquance, phénomènes radicaux, etc.).

  • L’engagement pour la dignité, l’autonomisation sociale, le développement d’une qualité de vie sociale et culturelle des quartiers.

  • La promotion des capacités des habitants « le pouvoir d’agir ».

  • L’auto organisation des forces vives de la Cité contre les exclusions.

  • L’humanisme.

  • La justice sociale.

  • Le respect, la défense des droits de l’homme.

 

Les fondements de la Prévention Spécialisée reposent sur des principes propres à son action éducative :

  • L’absence de mandat nominatif qui la différencie de l’approche socio-éducative sur mandat judiciaire ou administratif.

  • La libre adhésion, les jeunes rencontrés sont libres d’adhérer ou non aux propositions d’aide qui leurs sont faites.

  • Le respect de l’anonymat qui, avec l’accord du jeune, peut aller vers la confidentialité.

  • La non-institutionnalisation des actions c'est-à-dire la capacité à trouver des réponses propres aux problèmes rencontrés. Ce principe revêt toute son importance dans le fait de créer, d’inventer avec le jeune la réponse, la solution ou l’orientation qui sera adaptée à sa personnalité. Ce principe permet au jeune d’être acteur de son projet et l’introduit ou le réintroduit comme Sujet de son histoire. Notre mission consiste également à permettre aux usagers de s’approprier et de gérer une action ou un support initialement mis en place par la structure.

  • Le partenariat ou coopération avec les institutions, les associations, les habitants, les commerçants.

 

Mission d’éducation et de socialisation des jeunes âgés de 10 à 21 ans, et par extension jusqu’à 25 ans, et leurs familles.

La mission principale est de proposer un accompagnement éducatif et social à des jeunes, ou à leurs familles, exclus des structures de droit commun, ou en voie de l’être, et présentant des risques avérés d’une inadaptation sociale, ou en voie de le devenir.

Le but est d’aider les populations marginalisées ou en voie de marginalisation à retisser du lien social, et servir de passerelle entre la rue et les structures de droit commun.

 

 

 

Pour tendre vers la réalisation de ses engagements, l’ADPJ 52 décline des actions de prévention selon les modes opératoires suivants :

  • Le travail de rue / La présence sociale consiste en une démarche de présence auprès des jeunes, dans leur milieu, sans demande particulière de leur part. Il s’agit d’assurer une présence sociale en allant vers ces jeunes, sur leurs lieux de vie.

  • L’entretien individuel s’effectue à la demande du jeune, de son environnement proche ou d’un tiers professionnel mais également sur proposition de l’éducateur et toujours selon le principe de la libre adhésion. Chacun peut s’exprimer librement auprès d’un professionnel à l’écoute qui pourra identifier les besoins.

  • Les actions sociales collectives / Le développement social local permettent de concevoir et soutenir des projets, des initiatives locales portées par des jeunes, des parents ou des partenaires. Au travers de ces actions, il est alors possible de valoriser les savoir-faire, développer le « pouvoir d’agir », favoriser l’entraide et créer du lien social et promouvoir la citoyenneté.

  • L’accueil de groupes est un espace de proximité ayant comme son nom l’indique une fonction d’accueil, d’écoute, de soutien, de sensibilisation, d’orientation et de médiation auprès des jeunes. Moment d’échange convivial où l’on permet à des jeunes de se rencontrer, se réunir et de construire des projets ensemble.

  • Le travail partenarial nécessite une connaissance des institutions, des acteurs locaux et des politiques publiques afin d’orienter les jeunes et leurs familles en fonction des besoins dans des domaines tels que la famille, le social, la santé, la scolarité, la formation, l’emploi, la justice, le sport, la culture les loisirs, etc.

 

De façon générale, l’établissement contribue à la paix sociale en luttant contre la violence, contre toute forme de marginalisation et d’exclusion, et contre la montée du sentiment d’insécurité.